Union Départementale des Associations Familiales de Saône et Loire Flux RSS
Imprimer

Bientraitance. Il ne faut pas voir dans ce terme la notion restrictive, voire péjorative, de sollicitude bienveillante accordée à tel ou tel qui serait temporairement ou de façon régulière en état de vulnérabilité.

La bientraitance est une culture
, qui touche autant les actions individuelles (par exemple dans l'environnement familial), que les relations collectives pour ce qui concerne la vie en établissement. C'est une culture du respect d'autrui, de la reconnaissance de ses avis et de ses attentes, du respect de sa dignité et de son histoire, bref, de son identité. Et cette remarque conserve toute sa valeur dans la relation entre le professionnel et l'usager, comme dans les attitudes de la vie familiale.

Comme le précise l'ANESM*, la bientraitance est une manière d'être, d'agir et de dire des professionnels, un souci permanent du respect de l'autre dans ses choix et ses refus. Il ne s'agit pas de juxtaposer une série d'actes stéréotypés pour pallier une situation, mais bien d'individualiser et adapter les moyens aux situations.

La limite est fragile, car si l'on n'y prend pas garde, celui qui se pense bientraitant devient vite maltraitant. Ainsi, il ne me parait pas inutile de souligner qu'entre ces deux termes, le dénominateur commun est précisément "traitant".

La bientraitance doit donc être un élément de la réflexion qui consiste à apporter la meilleure réponse possible au besoin identifié à l'instant présent.

Il faut également "tordre le coup" à l'évidence que la maltraitance est la marque des établissements d'accueil et de leurs personnels. La bientraitance doit également se vivre en famille, dans l'environnement avec les autres résidents, et dans la relation des usagers avec les professionnels.

Et c'est également ici que la représentation des usagers prend toute son importance, notamment sous les aspects généralistes de leurs interventions. Le maître mot de l'action des représentants des usagers dans les établissements de santé et de soins doit être la collaboration et le dialogue, exprimant ainsi des avis d'utilisateurs potentiels, donc marqués d'une certaine objectivité.

Ce qu'il convient également de soutenir, c'est que la culture de bientraitance demandée aux personnels trouvera un regain d'efficience lorsque les conditions de travail le permettront.

Jean-Paul Guyot
Représentant des Usagers - CHS SEVREY

* Agence Nationale de l'Evaluation et de la Qualité des Etablissements Sociaux et Médico Sociaux



Retour

Augmenter la taille du texte:   + Diminuer:   -
Joomla! est un logiciel libre sous la licence GNU/GPL Licence.